Le Sommet canadien sur les données ouvertes 2016 présentera les actions qui auront un impact

25 avril 2016
Saint John (N.B.)
Une caractéristique importante du Sommet canadien sur les données ouvertes 2016 (le 28 avril à l’hôtel Delta Brunswick) est qu’il s’appuie sur le principe de l’« application concrète », qui met l’accent sur la manière d’utiliser les données ouvertes pour avoir un impact. Des participants provenant de tous les secteurs pourront participer à des discussions et à des débats d’experts qui leur offriront des éléments concrets à mettre en pratique dans le cadre de leur travail et de leur vie quotidienne. 

Les consommateurs et les innovateurs apprécieront la présentation de Joe Greenwood sur les initiatives MyHealth et Bouton vert de l’équipe de MaRS. La présentation de M. Greenwood mettra en évidence la façon dont l’accès aux données et le contrôle par les consommateurs ouvrent la voie à la transformation et à l’innovation dans la fonction publique. (10 h 45, salle de bal) 

Kevin Tuer, chef de file national en matière de données ouvertes, mettra résolument l’accent sur le secteur privé avec une présentation destinée au monde de l’entreprise qui expliquera comment profiter des données ouvertes pour développer de meilleurs produits et services, afin de les commercialiser plus efficacement et obtenir de meilleurs résultats. (15 h 15, salle Trinity) 

Les éducateurs ne voudront pas manquer l’exposé de Mike Smit, de l’Université Dalhousie, qui examinera l’importance d’utiliser des données provenant du monde réel pour motiver les élèves et d’avoir recours à l’apprentissage itératif, à l’apprentissage fondé sur des projets et à l’apprentissage pratique pour transmettre des compétences en matière de maîtrise des données. Les résultats de l’atelier seront résumés dans un livre blanc destiné à l’enseignement relatif aux données dans l’ensemble du système d’éducation canadien. (15 h 15, salle McAvity) 

De nombreux gouvernements, notamment le gouvernement fédéral, le gouvernement de l’Ontario et plusieurs administrations municipales, se sont engagés à être « ouverts par défaut ». James McKinney, fondateur de Nord Ouvert, dirigera une séance regroupant des experts nationaux pour examiner ce que signifie le fait d’être « ouvert par défaut », qui intéressera particulièrement le personnel de tous les ordres de gouvernements qui prévoient s’« ouvrir ». (9 h 15, salle Trinity) 

L’atelier intitulé « Favoriser l'engagement civique par l'entremise du Partenariat pour un gouvernement ouvert » renseignera les participants sur l’initiative multilatérale visant à obtenir des engagements concrets du gouvernement afin de promouvoir la transparence et de donner aux citoyens les moyens d’agir. La discussion portera notamment sur la manière d’élargir l’engagement public au sein du gouvernement. (15 h 15, salle de bal) 

André Laperrière, un Canadien à la tête de Global Open Data for Agriculture and Nutrition, illustrera la façon dont des politiques et un cadre juridique favorables, l’ingéniosité locale et l’engagement à partager les données et les connaissances peuvent déclencher de grandes initiatives innovatrices dans le monde entier, permettant ainsi à des pays développés ou en développement d’atteindre des niveaux sans précédent d’efficacité, de sécurité alimentaire et de bien-être social (13 h 40, salle de bal). M. Laperrière fera également partie d’un groupe d’experts dans le cadre d’une séance intitulée « L’utilisation des données comme outil social ». (14 h, salle de bal) 

Le discours de clôture du Sommet portera sur les prochaines étapes du domaine. Christian Couturier, de Gartner, examinera ce qui remplace les pressions liées au nuage, aux médias sociaux, à la téléphonie cellulaire et à l’information alors que nous repensons déjà les modèles opérationnels. La réponse se situe quelque part entre les appareils intelligents et l’automatisation totale. (Salle de bal, 16 h 45) 

Pour obtenir le programme complet, consultez le site http://opendatasummit.ca/fr/?post_type=timeline. Les inscriptions se terminent aujourd’hui, le lundi 25 avril. 

Le Sommet est présenté conjointement par nb+ et le Réseau de recherche sur les politiques sociales du Nouveau-Brunswick (RRPSNB). Parmi les commanditaires du Sommet, on retrouve notamment le gouvernement du Nouveau-Brunswick, Bulletproof/Dell, T4G et l’Open Data Exchange canadien. 

Au sujet de nb+ 
nb+ est un partenariat entre le gouvernement du Nouveau-Brunswick et TechImpact, une organisation composée de dirigeants d’entreprises technologiques locales qui préconise la littératie et l’innovation en matière de TI comme stratégie de croissance économique. 

Au sujet du RRPSNB
Ce Réseau est un partenariat entre le gouvernement du Nouveau-Brunswick et les quatre universités publiques de la province. Il a pour objectif de faire progresser la participation citoyenne et l’élaboration de politiques fondées sur les données probantes grâce à une collaboration intersectorielle.